top of page

Nathalie Lattarico : Une figure emblématique de la radiologie interventionnelle au CHU de Grenoble

Introduction : Une carrière riche et dédiée


Nathalie LATTARICO, manipulatrice au CHU de Grenoble depuis 2004, a entamé sa carrière bien avant cela. Diplômée en 1996 avec un DTS en région parisienne, elle a enrichi ses compétences au CH d’Argenteuil avant de poser ses valises à Grenoble.


Un parcours professionnel déterminé


Nathalie a toujours été passionnée par la radiologie et la cardiologie interventionnelle. Depuis 2007, elle s'est spécialisée dans ces domaines, une décision influencée par son désir de se rapprocher de l'Italie, pays d'origine de son mari. Sa passion pour la cardiologie s'est intensifiée lorsqu'elle a participé au changement de valve aortique par voie percutanée au CHU de Grenoble dès 2010.


L'élaboration d'un protocole de coopération


Face à des préoccupations juridiques soulevées lors de congrès, Nathalie, avec l'appui de ses collègues, a pris l'initiative d'élaborer un protocole de coopération avec les médecins. Ce protocole vise à clarifier et à encadrer les interventions des manipulateurs en radiologie.



L'accueil du protocole : un chemin semé d'embûches


Bien que certains médecins aient exprimé des réserves, la direction, après avoir été informée et rassurée sur les spécificités du sertissage des valves, a finalement donné son accord. La CME a également accueilli favorablement ce protocole, qui a ensuite été transmis à l'ARS.


L'approbation de l'ARS et la diffusion du protocole


L'ARS a non seulement approuvé le protocole, mais envisage également de le diffuser au niveau national. Bien que la maquette du protocole soit prête, Nathalie attend sa publication officielle avant de la partager.


Perspectives d'évolution


Nathalie insiste sur l'importance pour les manipulateurs en radiologie de se spécialiser. Elle voit ce protocole comme une opportunité pour ses collègues de renforcer leur expertise et de jouer un rôle plus significatif dans les procédures médicales.


La validation médicale reste essentielle


Malgré les avancées, le rôle du médecin reste central, notamment pour la validation du sertissage des valves. La sécurité et la conformité sont primordiales avant toute intervention.


Un message d'encouragement


En conclusion, Nathalie LATTARICO encourage vivement ses pairs à poursuivre leur spécialisation. Elle croit fermement que chaque domaine de la radiologie a ses spécificités et que chaque professionnel a le potentiel de faire une différence.


53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page