top of page

Les nouvelles formes de coopération entre professionnels : améliorer les soins pour les patients


Introduction :


La Haute Autorité de Santé (HAS) explore de nouvelles voies pour promouvoir la coopération entre professionnels de la santé, afin d'offrir des soins de meilleure qualité aux patients. Ces formes de coopération ouvrent des opportunités pour améliorer l'efficacité, la qualité des soins et l'attractivité des professions de santé. Cependant, elles se heurtent à des obstacles liés à la formation et au cadre réglementaire des professions de santé. Dans cet article, nous explorerons les recommandations de la HAS pour favoriser ces nouvelles formes de coopération, afin d'améliorer la qualité des soins et de faciliter l'évolution professionnelle des acteurs de la santé.


Adaptation de l'offre de formation :


Pour soutenir les nouvelles formes de coopération, il est essentiel d'adapter l'offre de formation initiale et continue aux besoins des professionnels de la santé. Cela implique de développer des programmes de formation spécifiques qui favorisent le travail en équipe, la coordination des soins et la communication interprofessionnelle. Les compétences nécessaires pour ces nouvelles pratiques doivent être intégrées dès la formation initiale, et des formations continues adaptées doivent être mises en place pour permettre aux professionnels de se perfectionner tout au long de leur carrière.


Révision du cadre juridique des professions de santé : Actuellement, le cadre réglementaire des professions de santé est souvent basé sur des actes prédéterminés, ce qui limite la flexibilité et l'innovation dans les pratiques de coopération. La HAS recommande de réviser ce cadre en se basant sur des référentiels de missions plutôt que sur des actes spécifiques. Cette approche permettrait d'encourager une plus grande collaboration entre les professionnels de la santé et de favoriser une prise en charge globale et personnalisée des patients. Il est essentiel de permettre aux différents professionnels de santé de travailler ensemble de manière harmonieuse, en définissant clairement les rôles et les responsabilités de chacun.


Valorisation des coopérations :


Pour inciter les professionnels de la santé à s'engager dans ces nouvelles formes de coopération, il est primordial de valoriser leur engagement à travers la rémunération et les perspectives de carrière. Les professionnels qui s'investissent dans des pratiques collaboratives doivent être récompensés et reconnus pour leur contribution à l'amélioration des soins. Les incitations financières et les possibilités d'évolution de carrière peuvent encourager davantage de professionnels à s'engager dans des modèles de coopération, renforçant ainsi l'efficacité et la qualité des soins.


Dans la fonction publique hospitalière, une valorisation de 100€ par mois existe déjà depuis la parution du décret du 6 septembre 2019. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000039061114


Dispositif d'accompagnement pour garantir l'intérêt et la qualité :


La mise en place d'un dispositif d'accompagnement est essentielle pour assurer l'intérêt et la qualité des nouvelles formes de coopération. Les professionnels de la santé doivent bénéficier d'un soutien approprié pour mettre en œuvre ces pratiques, notamment par le biais de formations complémentaires et de programmes d'échanges de bonnes pratiques. De plus, des mécanismes de contrôle et d'évaluation doivent être établis afin d'assurer la qualité des soins fournis dans le cadre de ces coopérations.


Conclusion :


Les nouvelles formes de coopération entre professionnels de la santé offrent des opportunités significatives pour améliorer la qualité des soins et renforcer l'efficacité du système de santé. En adaptant l'offre de formation, en révisant le cadre juridique, en valorisant les coopérations et en mettant en place un dispositif d'accompagnement, il est possible de favoriser ces pratiques innovantes. Il est essentiel de placer le patient au centre de ces coopérations, en offrant une prise en charge globale et coordonnée, notamment pour les maladies chroniques. En investissant dans ces nouvelles formes de collaboration, nous pouvons construire un système de santé plus performant et centré sur les besoins des patients.




123 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page